humanisons la terre

19 septembre, 2007

Classé sous Non classé — ndiaye2008 @ 14:03

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
Image de prévisualisation YouTube[gv

Classé sous Non classé — ndiaye2008 @ 12:37

LAMINE ET FAMILLE

1 avril, 2007

L HUMANISME

Classé sous Non classé — ndiaye2008 @ 0:54

L’humanisme et ses grands principes [modifier]

L’Humanisme est une pensée qui apparaît pendant la Renaissance. Elle consiste à valoriser l’Homme, à le placer au centre de son univers. Dans cette optique, le principe de base de cette théorie est que l’Homme est en possession de capacités intellectuelles potentiellement illimitées. La quête du savoir et la maîtrise des diverses disciplines sont nécessaires au bon usage de ces facultés. Cet Humanisme classique s’inspire de la réflexion et de la philosophie antique, et ne s’oppose pas à la croyance divine. Il prône la vulgarisation de tous les savoirs, même religieux : pour certains humanistes, la parole divine doit être accessible à toute personne, quelles que soient ses origines, sa langue (traduction de la Bible par Erasme en 1516) ou sa catégorie sociale.

Ainsi, cet Humanisme vise à lutter contre l’ignorance, et à diffuser plus clairement le patrimoine culturel, y compris le message religieux. Cependant l’individu, correctement instruit, reste libre et pleinement responsable de ses actes dans la croyance de son choix. Les notions de liberté (ce que l’on appelle le « libre arbitre »), de tolérance, d’indépendance, d’ouverture et de curiosité sont de ce fait indissociables de la théorie humaniste classique. L’Humanisme désigne toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l’être humain.

 [modifier]

Dans l’acception

Classé sous Non classé — ndiaye2008 @ 0:48

Classé sous Non classé — ndiaye2008 @ 0:46

Y'en A Marrrrrre |
rednoize propaganda |
La vie d'une copropriété |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | El Suizo Boludo
| boit du rouge, broie du noir
| calypsat